Vous manquez d’ idées? Mettez-vous au jardinage

Tout le monde a des idées. Mais pas forcément au bon moment, au  bon  endroit, etc…  ou bien vous  savez que  vous  aviez  pensé à ce  super truc  qui vous  aurait  bien  aidé,  là,  maintenant … mais c’était quoi ???? 🙂

Ainsi, une petite idée aurait pu en donner une grande, mais vous  n’avez  rien  prévu  pour  en prendre soin.

 

Où avez-vous  planté vos  petites graines d’idées? Comment donnez-vous  à ces  graines d’idées l’amour et l’attention dont elles ont besoin pour devenir  votre prochaine grande idée?

La plupart des gens ont le plus de mal à l’étape  d’incubation  dans le processus créatif. Nous avons tous  de bonnes idées, mais certains d’entre nous  ne font pas  un bon travail de capture de ces  idées et les couver  jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à éclore. D’où la nécessité pour chacun d’entre nous  d’avoir au moins un jardin d’idées.

Un jardin d’idéeest tout simplement un endroit pour garer vos idées. Mais il  ne  s’agit pas seulement de planter vos idées quelque part – ces graines  ont  besoin  de  soleil  et  d’eau,  pour ainsi dire. Sans leur donner l’énergie et l’attention dont  elles ont besoin, elles vont juste devenir une autre idée qui ne voit jamais la lumière du jour.

Pour rendre cela plus concret, je vais utiliser mon jardin « idée de blog » comme exemple. Dans un dossier sur mon ordi il y a un tas de fichiers texte avec un titre qui représente l’idée  ou  un sujet pour un article. Voici à quoi il ressemble:

files

Mais c’est plus que cela. Chaque fichier a un bref résumé de ce que je pensais. Par exemple, voici le texte de «relation entre incubation des idées et leur stockage»:

Il y a un équilibre très délicat entre donner un peu de temps pour l’incubation des idées et les stocker depuis trop longtemps. Si vous essayez de pousser l’idée avant qu’elle soit prête, il manque la richesse d’une idée bien formée. D’autre part, si vous la laissez trop longtemps, elle perd son pouvoir et peut finir oubliée. A savoir:  combien de temps s’accrocher à une idée avant de la partager – parce que les grandes idées sont des produits partagés.

Comme vous  pouvez le voir, j’ai suffisamment d’informations pour écrire un article de blog à ce sujet. Mais, plus important encore, vous pouvez voir comment cet article se connecte avec celui que  vous  êtes en train de lire: parce que j’avais pensé à ce problème, j’ai commencé à penser à une façon de garder les idées au frais.

C’est ce qui explique, dans une  certaine mesure, pourquoi  quelques-uns de mes messages sont si étroitement liés les uns aux autres – les  idées  ne  viennent  pas  d’un creux  à combler entre deux autres choses. Au  contraire, j’alimente  le  jardin  d’idées  et  j’entretiens  des   idées,  et,  la plupart du temps, elles sont liées à d’autres idées.

Plus je m’occupe de ce jardin, plus je me sens l’envie d’écrire. Plus j’écris, plus je trouve de quoi semer dans le jardin d’idées.

Dautres raisons

Une autre raison pour laquelle je le fais comme ça, c’est parce que cela me permet de ne perdre aucune idée. Si j’ai une  idée, je vais commencer un nouveau document texte, écrire  l’idée dans ma tête, et de revenir à tout ce que je faisais. Quand j’en aurai fini avec  cela, je reviendrai au fichier, je le nomme et l’enregistre dans le jardin.

Si je vois que des développements à cette idée me viennent  ou qu’elle  se connecte avec  une autre idée dans le jardin (ou sur le blog), je vais les souligner puis les enregistrer. Parfois, si j’ai le temps, je vais aller de l’avant et écrire l’ article. L’essentiel, cependant, c’est que le plan(t) est là. 😀 Ce n’est pas  perdu  quelque part dans ma tête,  et je ne perds pas le fil du dossier en cours.

Au moins une fois par semaine, je vais aller dans le jardin, ouvrir tous les semis, et voir ce qui doit être entretenu. Habituellement, je vais avoir un bon feeling, et connecter quelques idées, ou développer l’une  ou  l’autre. Quand j’ai  écrit  l’article,  je  vais le  passer des  semis  à mon dossier « articles en cours ».

Un inconvénient de  cette façon de  faire est que  j’ai parfois des goulots d’étranglement. – Les développements se font naturellement car  une  idée et j’ai du mal à canaliser ce  flux. C’est pour cela que dans ce cas j’utilise mes méthodes d’organisation : une  tache, un bloc de temps, etc….

Assez parlé de mon processus et les métaphores. La raison pour laquelle cela fonctionne parce que le but du jardin est à la fois la préparation et l’incubation. La technique réelle peut être idiosyncrasique, mais les principes de la technique peuvent être appliqués à tout suivi créatif.

Un graphiste peut avoir un dossier ou un bloc-notes avec  les drafts à demi tirés qu’il examine le matin. Un  musicien   peut   avoir   des   bribes   d’une   chanson  qu’il  joue   tout   s’éclaircissant   la gorge. Un   entrepreneur   peut   juste   avoir   un   book   de   problèmes   avec   des   solutions potentielles. Un peintre peut  afficher des  silhouettes d’idées sur ses toiles dans un endroit séparé de sa zone de travail principale.

Il est difficile pour moi de donner des conseils précis sur la façon de configurer votre jardin d’idées dans un article parce que  c’est vraiment  dépendant de votre flux de travail, des  processus et  du  suivi  créatif. Cependant,  avoir  un  jardin   d’idées   est  un  moyen   sûr  de  garder  votre créativité en flux constant et d’avoir de plus en plus d’idées.

Et vous, avez-vous un jardin d’idées? Qu’utilisez-vous comme système ? Dites m’en plus dans vos commentaires. J’y répondrai avec plaisir.

Bonne  journée pleine  d’idées

Philippe

Leave a Reply

Close Menu