Avez-vous des difficultés à démarrer avec un projet de création ou à trouver comment maintenir l’élan là-dessus?

Une des raisons qui coincent les gens avec des projets créatifs, c’est parce qu’ils se font un plan conscient ou inconscient de passer une journée   complète   ou   une   semaine   de   travail   sur   quelque chose.

Confrontation avec la réalité 😥 la plupart d’entre nous ne pourra jamais tenir tous les jours à travailler sur quelque chose, et quand nous le faisons, nous ne pouvons pas travailler pendant si longtemps de toute façon. Notre énergie créatrice ne va pas durer aussi longtemps.

Revers de la médaille
Zen_Manager

Le revers de la médaille est que les projets plus créatifs, audacieux sont difficiles à faire en morceaux de 15 ou 30 minutes. La plupart des projets de ce genre ont un seuil d’engagement qui nécessite suffisamment de temps pour se mettre en place et passer en mode productif. Comme il est frustrant de « ne pas terminer » et difficile pour la plupart des gens de « reprendre là où ils l’avaient laissé », la réponse naturelle est que nous ne commençons pas. Mieux vaut laisser la chaise vide, vérifier le courrier électronique , ou rester à jour avec YouTube , ou des petite taches sans importance.

Enfin, il est souvent très difficile de dire comment vous devez saucissonnez votre projet. Bref,

c’est la déprime !  😉

Zen habitudes : règle des 2 heures

Essayez la règle des deux heures: coupez votre travail créatif en deux tranches d’une heure. Deux heures, c’est assez longtemps pour que vous puissiez faire des progrès significatifs, mais pas aussi longtemps pour que cela devienne une chose à gérer.

 

Voici quelques raisons pour lesquelles la règle de deux heures fonctionne:

1 – Elle suit la réalité de notre énergie créatrice et les rythmes circadiens.

Bien que chacun d’entre nous ayons des motifs légèrement différents, la plupart d’entre nous passent par un cycle de création / circadien environ toutes les deux heures. Les pic créatifs performants dans des environnements idéaux ne peuvent normalement supporter cette énergie pendant 4-6 heures – la plupart d’entre nous ne peut tout simplement pas maintenir ce niveau de concentration et obtiennent des rendements décroissants au bout de 2 heures.

2 – La plupart des gens peuvent s’éloigner pendant deux heures sans que la maison brûle.

Un mythe contre-productif qu’ont de  nombreux créateurs, c’est  qu’ils ont besoin d’être branchés sur ce qui se passe à tout moment. Certes, ils ne se le disent pas ouvertement, mais leurs actions parlent pour eux. Si vous ne pouvez pas caler deux heures de votre journée quelque part , c’est un signe d’autres problèmes plus urgents que votre travail créatif. (Sur-engagement, co-dépendance, gestion des attentes à revoir, etc)

 

3 – C’est relativement simple de trouver deux heures dans votre journée pour les réutiliser sur les choses qui importent le plus.

Supprimez  une  réunion.  Déléguez.  Arrivez  plus  tôt.  Coupez  une  émission  de  télévision  ou deux. Partez un peu plus tôt. Mettez vos enfants au lit plus tôt.  Éliminer une activité sociale qui n’est pas vitale pour le monde. Comme le disait Gandhi, “L’action exprime la priorité.” Si c’est important pour vous, vous trouverez un moyen.

4 – La plupart d’entre nous savent à quel point nous pouvons être incisif en deux heures.

Comparer “combien de mots pouvez-vous écrire en deux heures?” à “combien de mots pouvez- vous écrire dans une journée?” Remplacez “écrire” par votre truc créatif et vous avez compris mon objectif. L’exemple est pris pour un projet créatif et peut se transposer sur n’importe quel projet qui prend plus de 2 ou 3 jours de charge.

5 – Il nous aide à réfléchir aux notions de blocs de temps et les heures artificielles.

Ceci est plus subtil, mais toujours important. Les heures sont une façon relativement récente de trancher l’existence humaine, alors qu’une partie de l’ensemble des caractéristiques qui composent la conscience de soi est la reconnaissance des blocs de temps. Le fait que nous ayons des rythmes psychoactifs  nous donne une unité inconsciente de l’expérience. Mais il y a plus  que  ça:  il  simplifie à  la fois  notre  planification  quotidienne et  la  planification  de notre projet. Une fois que vous percutez, c’est plus facile de dire «ça va me prendre quatre blocs créatifs» plutôt que «ça va me prendre huit heures», précisément parce que vous savez ce que vous pouvez faire dans un bloc créatif (deux heures par exemple 😉 ).

 

La prochaine fois que vous songez à vous lancer sur un projet ou que vous  procrastinez sur un sujet un peu cossu, utilisez la règle de deux heures pour vous aider à le rendre plus accessible.

 


Bonne journée

Philippe.

Leave a Reply

Close Menu